Dernières actualités

Mot du Directeur

Il en va d’un centre de recherche comme il en va de toute institution vivante : sa vie se trouve ponctuée, à intervalles réguliers, par des événements marquants, où des sentiments de satisfaction et de fierté se mêlent à des sentiments de perte et de tristesse, et où de grandes joies alternent avec d’immenses peines.

La disparition, ces derniers jours, de Bernard Maligner constitue pour tous les membres du CERSA un choc en même temps qu’une épreuve douloureuse ; rattaché de longue date au laboratoire (il en était membre quasiment depuis sa création), Bernard y était unanimement apprécié et aimé : non pas seulement en raison de sa rigueur et de sa curiosité intellectuelles, ou encore de sa connaissance particulièrement fine du droit électoral qui l’avait promu, au fil du temps, parmi les meilleurs experts de cette discipline ; mais aussi – et peut-être surtout – en raison de son comportement et de son caractère, Bernard étant pour chacun de nous un collègue dont la générosité et la disponibilité jamais prises en défaut n’avaient d’égales qu’une exquise courtoisie. Il nous a quittés deux mois à peine après avoir fait valoir ses droits à la retraite : s’il n’aura pas eu le temps de bénéficier durablement de sa situation de jeune retraité, il aura eu en revanche le temps, tout au long de sa carrière, de construire une œuvre doctrinale – substantielle – qui fera date, et, au-delà, de nouer avec les membres du Centre des liens suffisamment solides et puissants pour que chacun puisse trouver dans son souvenir la force de continuer, aujourd’hui plus que jamais, à faire vivre un laboratoire auquel il était si fortement attaché et dont il suivait attentivement l’ensemble des activités et changements affectant son fonctionnement.

Ces activités et ces changements ont été, de fait, plus que conséquents au cours des deux dernières années.

Côté activités : une quinzaine de colloques et de journées d’étude, une vingtaine de publications (ouvrages collectifs et individuels, dossiers de revues…) menées à bien avec le soutien du CERSA auxquels s’ajoutent quantité d’autres travaux et manifestations : organisation de nouveaux cycles de réflexion et d’étude autour de thèmes fédérateurs, poursuite de plusieurs séminaires existants (séminaires de lecture, séminaires doctorants…), pilotage et participation à des projets de recherche…

Côté changements : plusieurs événements concernant, pour l’essentiel, les membres de l’équipe. Un départ, tout d’abord : celui de Philippe Bezès ; rattaché au CERSA depuis 2002, Philippe a souhaité rejoindre un autre laboratoire – le Centre d’études européennes (CEE) de Sciences po -, afin de pouvoir inscrire son activité dans un cadre plus en phase avec l’élargissement, présent et à venir, de ses thématiques de recherche. Tout au long de ces treize ans passés au CERSA, Philippe a fait preuve d’un esprit d’initiative et d’un sens des responsabilités tout à fait remarquables (en témoigne – exemple parmi beaucoup d’autres – le nombre impressionnant de projets qu’il a initiés et/ou pris en charge) ainsi qu’une capacité particulièrement rare à nouer des relations cordiales, chaleureuses et fécondes avec l’ensemble des personnes amenées à le côtoyer. Il ne laisse au CERSA que des amis… qu’en l’occurrence il ne quittera pas totalement puisqu’il souhaite demeurer rattaché au Centre en tant que membre associé.

Un retour ensuite : celui de François Frison-Roche qui, après avoir été détaché un temps à Sanaa (Yémen) auprès de la Commission de rédaction de la Constitution (2012-2014), a réintégré le CERSA dans ses fonctions de chercheur CNRS pour y développer ses recherches sur les transitions démocratiques.

Des arrivées, encore : celle de Géraldine Aïdan, juriste récemment recrutée comme Chargée de recherche au CNRS et qui a rejoint le CERSA en septembre 2014 pour y poursuivre ses travaux consacrés notamment aux rapports entre Droit et psychisme, Droit et philosophie et, plus largement, à la biopolitique contemporaine ; et celle de Primavera de Filippi, elle aussi juriste recrutée comme Chargée de recherche au CNRS, qui a rejoint le CERSA en septembre de cette année pour y mener à bien ses recherches portant sur les implications juridiques des architectures distribuées et du cloud computing et, plus spécifiquement, sur les problèmes liés au droit d’auteur et à la protection de la vie privée et des droits fondamentaux des utilisateurs.

Autant dire que ces deux arrivées de chercheurs CNRS vont renforcer de manière substantielle le potentiel de l’équipe l’une, par l’approfondissement d’un champ d’investigation de nature à agréger plusieurs membres de l’équipe (santé, psychisme, bioéthique…), et l’autre par le renforcement d’un pôle ou d’un champ thématique (cloud computing, Open data, Big data…) sur lequel le CERSA joue de longue date un rôle à la fois pionnier et décisif. Renforcement dont on n’aurait pris qu’imparfaitement la mesure si par ailleurs l’on ne précisait pas que le potentiel en question s’est trouvé sensiblement accru, depuis deux ans, par l’intégration comme membres associés de plusieurs enseignants-chercheurs désireux de participer de manière régulière aux travaux et recherches de l’équipe.

Enfin, dernier élément témoignant, s’il en était besoin, non seulement du dynamisme et de l’attractivité du CERSA mais aussi, au-delà, de la reconnaissance scientifique dont font l’objet les travaux de ses membres : la promotion dont ont bénéficié récemment deux d’entre eux.

Ainsi, Lucie Cluzel-Metayer, qui était jusqu’alors Maître de conférences à l’Université Paris 2 et rattachée à titre principal au CERSA a été promue au rang de professeure ; elle exerce désormais ses nouvelles fonctions à l’Université de Nancy mais demeure rattachée au CERSA au titre de membre associé ; de même, Olivia Bui-Xuan, qui était jusqu’alors Maître de conférences à l’Université d’Evry et rattachée à titre de membre associé au CERSA, a été promue elle aussi au rang de Professeure ; elle exerce désormais ses nouvelles fonctions à l’Université d’Evry tout en demeurant rattachée au CERSA au titre de membre associé. Ces deux promotions ne sauraient être accueillies, bien évidemment, qu’avec un immense plaisir et une grande satisfaction par tous les membres du CERSA.

 

le 21 septembre 2015

Directeur du CERSA

Consulter les archives