Dernières actualités
securedownload 10

Géraldine AIDAN

Chargée de recherche au CNRS

geraldine.aidan@cnrs.fr/ geraldineaidan@hotmail.fr

Recrutée en 2014 au CNRS, Géraldine Aïdan est chargée de recherche au CNRS, docteure en droit public (« Le fait psychique objet des normes juridiques », Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Prix solennel de la Chancellerie des Université de Paris 2013 – André Isorée). Elle est directrice-adjointe du Centre d’Études et de Recherches de Sciences Administratives et politiques (CERSA, UMR7106), et responsable de la thématique de recherche « droit, politique, psychisme ». Elle est membre associée au Centre d’Études des Normes Juridiques Yan Thomas (CENJ) de l’EHESS et membre du réseau GDR sciences et technique. Elle a coordonné le projet de recherche interdisciplinaire Lawtisme (PEPs, CNRS ; 2017-2019) et organise depuis 2015, avec Dominique Memmi, le cycle de séminaires « corps et sciences sociales ».

Ses recherches portent sur la vie psychique et les questions qu’elle génère aujourd’hui en droit, notamment avec le développement des sciences portant sur l’esprit (psychanalyse, sciences cognitives, neurosciences, intelligence artificielle…), et l’ouverture de la catégorie de sujet de droit au non- humain (animal, nature, robot).

Elle travaille actuellement sur le concept de psychépolitique comme nouvelle forme de biopolitique.

Thèmes de recherche :

  • Droit et psychisme
  • Evolution du sujet de droit (humain/non humain)
  • Biopolitique contemporaine
  • Kelsen, la volonté et le fait psychique

Disciplines de recherche :

droit public, théorie du droit, droit et sciences du psychisme, droit et sciences sociales et humaines, droits fondamentaux, droit de la bioéthique, droit de la santé.

Ouvrages de recherche récemment parus et à paraître :

-    9782275090740Humain-Non humain. Repenser l’intériorité du sujet de droit, (codirigé avec Danièle Bourcier), LGDJ, collection « Droit et Société »,

Résumé : Cet ouvrage n’est pas une discussion sur le statut juridique qu’il faudrait attribuer à des entités non humaines comme les robots, les animaux, les plantes et la nature en général, pour qu’elles deviennent des sujets de droits. Le projet global est une proposition pour penser les transformations du droit et du discours sur le droit, concernant le non-humain. Dans la continuité de nos précédents travaux et partant du constat de l’évolution des sciences du psychisme (neurosciences, sciences cognitives, psychanalyse), de l’éthologie, de l’écologie, de la biologie, de l’intelligence artificielle, et de leur réception dans la sphère juridique, cet ouvrage vise à interroger l’évolution du non-humain en droit sous l’angle de l’intériorité et de la complexité.
Notre hypothèse de recherche est, en effet, que l’intériorité et la complexité sont deux clefs de lecture incontournables aujourd’hui pour penser l’évolution du sujet de droit s’ouvrant de plus au plus au non-humain.

 

 

-         L’invention du sujet psychique en droit, CNRS éditions, à paraître, 2021

Résumé :  cet ouvrage tend à identifier et à décrypter un phénomène juridique et politique contemporain : l’immixtion du droit dans la sphère intime des individus.
Il vise à montrer la prise en compte croissante de la dimension psychique des personnes dans le droit. L’intérêt porté à l’intériorité des sujets en droit ne se limite plus seulement à la volonté et à ses déclinaisons, mais s’ouvre désormais à d’autres phénomènes psychiques : l’identité psychique, le libre épanouissement de la personne, le bien être, le sexe psychique, la souffrance psychique, la filiation psychique, le rapport à soi…
Cette évolution marque l’émergence d’un sujet psychique dans la sphère juridique et invite à repenser la place du corps dans le droit et plus généralement dans les sciences sociales. Cette étude propose ainsi de déplacer le regard du chercheur juriste sur la dimension psychique de la personne et à reconsidérer la conception du sujet de droit comme sujet du vouloir. L’introduction de la psyché dans le droit d’États démocratiques pourrait alors constituer une nouvelle étape décisive de la modernité et la psychépolitique un nouveau versant de la biopolitique contemporaine.

 

Ouvrages de recherche en cours d’écriture :

-           Corps et psychisme dans le droit et les pratiques sociales contemporains, avec Dominique Memmi

-          Droit et intériorité, avec Pierre Cassou-Noguez

-          Le droit artificiel, avec Primavera de Felippi

Organisation de séminaires et colloques (2014-2021)

1. Séminaires organisés (2014-2021)

  • 2015- 2021 : « « Corps » et sciences sociales », Présentation critique d’ouvrages en présence de leurs auteurs, Séminaires mensuels en collaboration avec Dominique Memmi (CNRS) – EHESS (2014-2018) puis CNRS (Site Pouchet) et Université Paris 2 Panthéon-Assas. Le premier vendredi du mois, de 10h à 13h

Ce séminaire vise à rendre raison de la floraison saisissante depuis le milieu des années 90 en histoire, sociologie, anthropologie, science politique, droit, d’ouvrages consacrés aux questions du corps, de la santé, de l’administration du vivant. Elle incite à inventorier, par-delà les singularités apparentes et spécificités disciplinaires, les pensés et impensés communs à cette humeur du temps si soucieuse du destin du corps et du biologique. Ce séminaire se tient sous l’égide conjointe de la MSH-Paris Nord et de la Fondation MSH-Paris, et a été intégré dans deux masters de l’EHESS.

Le programme de cette année 2020-2021 est disponible ici : Lien programme 2020-2021

  • 2019-2021 : Séminaires hebdomadaires, « Droit et intériorité : quel nouvel esprit en droit ? », coorganisés avec Pierre Cassou-Noguez (PR Université Paris 8), université Paris 8/ Université Paris 2 Panthéon-Assas, rattachés au master philosophie contemporaine, Paris 8 (39 heures annuelles).

Ce cycle de séminaire vise à offrir un lieu de rencontre réflexif en droit et en philosophie  sur la manière dont le droit appréhende aujourd’hui l’intériorité, et les enjeux biopolitiques que cela soulève.  Il constitue un lieu d’échanges et de diffusion des résultats de nos recherches sur l’évolution de la conception de l’esprit en droit auprès d’un public d’étudiants en philosophie et en droit. Il est un lieu d’élaboration de notre livre en cours d’écriture : le nouvel esprit du droit.

Cycles de séminaires passés :

  • 2015-2017 : « Droit et philosophie : regards croisés sur la norme juridique », Séminaires mensuels en collaboration avec Pierre Crétois (Université de Tours et Sophiapol-Paris Ouest Nanterre la Défense) et Raphaël Chappé (Sophiapol-Paris Ouest Nanterre la Défense)

(thèmes des séminaires :  « Le Sujet de droit en question dans la biopolitique contemporaine » ;  Marxisme et droit, ; Kelsen est il Spinoziste ?, Droits fondamentaux et droits sociaux ;  Valeurs républicaines et droits fondamentaux ; Kelsen est il dépassé ? », « A-t-on un droit sur les choses ? L’exemple des communs »

  • 2014-2015 : « Droit et psychisme, approche pluridisciplinaire et comparative », séminaires mensuels en collaboration avec Patricia Sampaio (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales), l’EHESS, 105 bd Raspail, Paris

 2. Colloques organisés

-  Colloque interdisciplinaire :  «  Humain-Non Humain à l’ère de l’intelligence artificielle. Repenser l’intériorité du sujet de droit aujourd’hui », en collaboration avec Danièle Bourcier, Université Paris 2   Panthéon-Assas, 19 juin 2017 – Actes du colloque à paraître, LGDJ, coll « Droit et société ».  

-  Colloque interdisciplinaire « L’identité de la personne humaine en droit », en collaboration avec E. Debaets, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, 1er Oct. 2009 (actes publiés)

Communications récentes (2016-2020)

-          « Psychépolitique à l’ère virale », Colloque «  Lockdown, Social Distanciation, Virality as a form of life », 26-27 novembre 2020, Université Paris 8, organisé par, Pierre Cassou-Noguès, Arnaud Regnauld, Gwenola Wagon – Paris 8 University

-          « De l’âme à la psyché » : vers une diversité de sujets psychiques en droit ? , colloque Humain-Non Humain à l’ère de l’intelligence artificielle. Repenser l’intériorité du sujet de droit, Université Paris2 Panthéon-Assas, 19 juin 2017

-          Table Ronde autour de « Torture and Dignity. An Essay on Moral Injury » de Jay M. Bernstein, Le jeudi 26 mai 2016, de 16h à 19h, le Centre d’Études et de Recherches de Sciences Administratives et Politiques (CERSA), le Centre de recherche sur les droits de l’homme et le droit humanitaire et l’Institut Michel Villey organisent une Table Ronde autour du livre de Jay M. BERNSTEIN (Professeur à la New School for Social Research, New YorkTorture and Dignity. An Essay on Moral Injury, Chicago, Chicago University Press, 2015.  LIEN  TABLE RONDE

-          « Les sciences du psychisme et le droit constitutionnel »,  Faculté de Droit et de Science politique d’Aix-Marseille, 2 octobre 2015, Journée d’étude organisée dans le cadre des journées décentralisées de l’AFDC 2015 – Lien Programme –

-          « Le sujet psychique ou le nouveau sujet de droit », Colloque Normastim : « les neurosciences, le sujet et ses formes », Université Paris Diderot (Paris 7), 3 juillet 2015 - Lien programme

-          « Droit et psychanalyse : quels rapports possibles ? », SDI Sciences Po Paris : « Droit et psychanalyse », 16 juin 2015

-          « Corps et psychisme dans le droit », en réponse à Dominique Memmi (autour de son dernier ouvrage paru La revanche de la Chair, Seuil 2014, en présence de l’auteur), séminaire « Droit et psychisme », EHESS, vendredi 22 mai 2015

-          « L’identité psychique et le genre », Colloque Espace éthique Azuréen, Université Nice Sophia Antipolis :  « Sexe et genre »,  20 mars 2015 - Lien programme

 

Projets de recherche collective et interdiciplinaire :  

-          2019-2022 :  Participation au projet de recherche ANR : « Aliéné mental » et « indigène ». Histoire juridique d’une double discrimination de statut en Afrique française (Fin XIXe siècle-1960), ANR dirigé par Sylvia Falconieri (Chargée de recherche CNRS/ EHESS, UMR 8171) 
Résumé du projet :
Ce projet de recherche se propose de réaliser une enquête historico-juridique ayant pour objet les discours et les pratiques juridico-administratifs qui président à la construction et au fonctionnement du statut de l’aliéné indigène dans les territoires africains colonisés par la France aux XIXe et XXe siècles. En focalisant l’attention sur la superposition des catégories d’indigène et d’aliéné, cette recherche vise à atteindre deux objectifs principaux : a) Détecter les signes de l’aliénation retenus par les juristes et par les administrateurs.   b) Interroger les enjeux de l’usage des savoirs extra-juridiques dans les procédures judiciaire et administrative. Dans quelle mesure cette analyse historique des catégories et les discours de matrice coloniale offre un éclairage inédit sur les politiques contemporaines de santé mentale ? L’idée d’une mentalité, spécifique à une population déterminée, demeure-t-elle opératoire lorsque les institutions se chargent des problèmes de santé mentale des personnes issues de l’immigration ?

- 2017-2019 : coordinatrice du projet interdisciplinaire LAWTISME, Peps CNRS/ RnMSH-MI, « Droit et autisme dans la France contemporaine : enjeux sociaux et politiques de la représentation scientifique des troubles du spectre autistique en droit », avec Michel Chauvière, Paul Véron et Roxana De Felipé
Résumé du projet : le projet lawtisme vise à s’interroger sur les représentations scientifiques du droit en matière d’autisme. Il a pour objectif de repérer, dans le domaine hétérogène de l’autisme, l’influence des sciences médicales (psychiatrie, neurosciences…) et des savoirs pratiques sur les normes juridiques, dans leur élaboration, leurs applications juridiques et leurs applications sociales.

- 2014-2017 : participation au projet interdisciplinaire NORMASTIM, ANR, enjeux juridiques, philosophiques et sociologiques des neurosciences à partir d’une technologie donnée la stimulation cérébrale profonde, Lien Normastim, Dir. S. Desmoulin-Cancelier

- 2014-2017 : participation au projet interdiciplinaire CONTRAST, ANR, La contrainte en santé mentale :Lien contrast, Dir. L. Velpry et B. Eyraut

Projets collectifs envisagés

- Coordinatrice du projet de recherche interdisciplinaire « Droit et peur. Penser l’Etat face au terrorisme »:
résumé du projet : Les attentats que connait la France placent au premier plan le rôle de l’État dans le traitement de la peur. C’est ainsi que le terrorisme peut apparaître comme un « objet psychique » aux multiples enjeux dans la sphère juridique. Porté par un consortium de juristes, politistes et psychanalystes, ce projet de recherche interdisciplinaire se propose d’analyser l’appréhension juridique des effets psychiques du terrorisme et les implications qu’ils entraînent sur le droit et l’État - Lien

Publications récentes

  •  « L’intériorité comme question. Pour une théorie juridique du sujet de droit non humain », in G. Aïdan, D. Bourcier (Dir.), Humain-Non humain. Repenser l’intériorité du sujet de droit, LGDJ, collection « Droit et société », Décembre 2020, pp.70-97
  • « Humain-Non Humain à l’ère de l’intelligence artificielle. Repenser l’intériorité du sujet de droit aujourd’hui », LGDJ, coll «  Droit et Société », à paraître, décembre 2020.         .
  • L’invention du sujet psychique en droit,   CNRS éditions, 350 p, à paraître.
  • « Un sujet de droit ‘existentiellement impuissant’ ? A propos de torture and dignity. An essay on moral injury de Jay M. Bernstein», dossier coordonné par G. Muhlmann,  in Revue Droits Fondamentaux, Université Paris II, 2017, en ligne http://droits-fondamentaux.u-paris2.fr/article/2016/sujet-droit-existentiellement-impuissant-propos-torture-and-dignity-essay-moral-injury
  • « Sciences du psychisme, sciences du droit et droit constitutionnel« , in Marthe Stefanini et Laurence  Gay (Coord.), La perméabilité du droit constitutionnel aux autres sciences, PUAM, 2017
  • « L’identité psychique au delà du genre», in Jacqueline Laufer (et alii) coord., Genre et discriminations, Les éditions iXe, février 2017
  • Dossier dirigé par Dominique Memmi, Sébastien Lemerle, Géraldine Aïdan, Laurence Brunet et Lucia Katz avec la collaboration d’Anaïs Paly  : « Corps et sciences sociales. Cinq ans de présentation dans le séminaire (2009-2013)”, Revue Corps, Quel corps demain ?, n°14, 2016, pp.133-214.
  • La sécurité psychique, finalité de l’état d’urgence?, journal du Droit administratif, 2016, p.239  http://www.journal-du-droit-administratif.fr/?p=239
  • L’identité juridique de la personne humaine , (avec E. Debaets), L’HarmattanColl. « Logiques juridiques », 2013, 418 p.

l-identite-juridique-de-la-personne-humaine-9782343005133

 

  • « Le concept d’identité psychique en droit » in Qui suis-je? Dis-moi qui tu es. L’identification des différents aspects juridiques de l’identité, coordonné par fanny Vasseur et Valérie Mutelet, APU (Artois Presse Université),  juillet 2015, pp. 131-155
  • « L’identité psychique dans le genre » in ouvrage collectif issu du Colloque international « Genre et discriminations », Université Paris Ouest Nanterre La Défense, 28 juin 2013,  à paraître, 20 p.