Soutenance de thèse en science politique d’Agathe Piquet : Europol, une police européenne ? Création et autonomisation d’une agence



  • Type d'événement : Journée d'études

  • Quand : Du Mardi 3 décembre à 9h30 au Mardi 3 décembre à 12 heures

  • Lieu : à préciser

  • Organisateur(s) :


  • Agathe Piquet soutiendra sa thèse en science Politique

    Europol, une police européenne ? Création et autonomisation d’une agence

    Membres du jury :
    M. Jacques DE MAILLARD, Professeur des universités (rapporteur)
    Mme Sabine SAURUGGER, Professeure des universités (rapporteure)
    Mme Natacha GALLY, Maîtresse de conférences
    M. Didier GEORGAKAKIS, Professeur des universités
    M. Andy SMITH, Directeur de recherche FNSP
    M. Yves SUREL, Professeur des universités (directeur de thèse)

    Résumé

    Dans le contexte actuel de forte visibilité des enjeux de sécurité intérieure et de critiques sur la construction européenne, cette thèse s’intéresse à la trajectoire institutionnelle d’Europol des années 1990 à 2018. Elle étudie la manière dont celui-ci a évolué d’une organisation intergouvernementale, débutant formellement ses activités en 1999, en une agence de l’UE aux ressources et prérogatives croissantes. À ce titre, ce travail propose de développer un cadre d’analyse alternatif au modèle principal-agent, dominant les travaux sur les agences, en s’appuyant sur la littérature relative à l’autonomie, renouvelée par une approche cognitive et sociologique. À partir d’une démarche méthodologique qualitative, cette recherche met en lumière la pluralité des acteurs et dynamiques internes et externes à l’agence alimentant son processus de création et d’autonomisation. Elle démontre la pertinence de saisir les différentes facettes de l’autonomie d’Europol, plongé dans un environnement complexe et multi-niveaux, composé à la fois d’acteurs nationaux et européens, techniques, bureaucratiques et politiques. Ce travail considère dès lors non seulement le degré d’autonomie de cette agence, mais identifie également les acteurs par rapport auxquels cette autonomie peut être pensée. Ainsi, cette étudeentend plus largement proposer de nouvelles perspectives de recherche sur les agences de l’UE
    opérant dans un domaine régalien.