CHAUVIERE Michel

(2015) – Le travail social sur la sellette, Projet, n°346, juin 2015, pp.25-30

(2011) – La professionnalisation du travail social à l’épreuve de la décentralisation, Dalloz, Paris, 2011, Revue de Droit sanitaire et social, janvier-février 2011, n° 1, pp. 54-63,

(2007) – Les associations d’action sociale : quelle légitimité dans un contexte en mutation Regards sur l’actualité, n° 333, sept. 2007, 25-39

(2006)- Que reste-t-il de la ligne jaune entre l’usager et le client ?

Politique et Management Public, v.24, n°3, septembre 2006, 93-108

PDF - 73 ko

(2006) – Les mouvements familiaux et leur institution en France. Anthologie historique et sociale, avec la collaboration de Pauline Kertudo

Cahier d’Histoire de la sécurité Sociale, 3, 2006, 640 p.

PDF - 33.1 ko

(2006) – Ce social que l’on enseigne….,les enjeux de la formation, Informations sociales, n°135, octobre 2006,6-15

(2006) – Le « social en actes » aux prises avec l’hégémonie du management. In : Marie-Dominique Perrot et al. (sous la Dir.), Ordres et désordres de l’esprit gestionnaires. où vont les métiers de la recherche su social et de la santé ?, Réalités sociales, Lausanne, 2006, 186-202

2006) – Un retour aux origines de la MiRe. Entretien de Sandrine Dauphin, Patrick du Cheyron et martine Sonnet avec Michel Chauvière, la lettre de la MiRe, 11, 2006

(2005) – Le Social – Entre promesses, fictions et réalités, Projet, novembre 2005, 28-35

En période de changements dans le mode de production et d’attaques contre notre modèle social, le cadre des territoires pluriels sert-il mieux la solidarité entre citoyens ?

PDF - 145.5 ko

(2005) -1975, année de l’action sociale ? Vie Sociale, 4, 147-152

(2005) – Entre expérimentation et innovation, A propos d’une expérimentation en cours dans le cadre de la protection de l’enfance. Revue française d’administration publique, 115, 391-398

(2005) – Le Social – Entre promesses, fictions et réalités, Projet, novembre 2005, 28-35

En période de changements dans le mode de production et d’attaques contre notre modèle social, le cadre des territoires pluriels sert-il mieux la solidarité entre citoyens ?

PDF - 145.5 ko

(2005) – Les cadres et directeurs au coeur d’une mêlée normative. In : Daniel Guaquère et Hélène Cornière (sous la Dir.), Etre directeur en action sociale aujourd’hui : quels enjeux ?, ANDESI, coll. Actions Sociales/Société, ESF éditeur, 2005, 163-183

Cliquez dans le titre pour obtenir le texte intégral

Depuis maintenant un bon quart de siècle, dans tout le secteur social et médico-social, la division du travail connaît un fort développement. Ainsi, le groupe des cadres est-il désormais plus nettement différencié que dans le passé. Parmi eux, les directeurs ont gagné en visibilité mais aussi en responsabilité, y compris au plan pénal. Malgré de nombreux efforts pour mieux identifier, orienter, consolider, européaniser et sécuriser ces missions, notamment par la formation permanente et au travers de nombreux colloques et ouvrages spécialisés , beaucoup de professionnels témoignent aujourd’hui de difficultés accrues à les exercer. Moins du fait, disent-ils, de la complexité des situations sociales et/ou individuelles à déchiffrer, à accompagner ou à prendre en charge que d’une excessive production de normes techniques et gestionnaires de toutes origines, entre principe de précaution et obligations de résultat, en passant par une forêt de référentiels, sans les freins ni les régulations ni les contre-pouvoirs qui leur sembleraient indispensables

(2005) – Secteur social et médico-social et formes successives du partenariat public-privé en France, Téléscope, revue d’analyse comparée et administration publique, Les partenariats public-privé, 2005, Université du Québec, 12(1),53-64

Michel Chauvière, spécialiste français de l’Etat social, nous explique l’échec relatif de l’émancipation de l’action publique en matière sociale. Il parle d’un compromis historique entre une administration républicaine – qui s’impose plus nettement par exemple en éducation – et une société civile confessionnelle à l’origine. Compromis plus que jamais en vigueur, car aujourd’hui le secteur privé associatif et le secteur privé lucratif se partagent les deux tiers des équipements, le deuxième étant en nette progression dans les services pour personnes âgées ou handicapées

(2005) – Les professions du social : compétences ou qualifications ?.In : Jacques Ion (sous la Dir.), Le travail social en débat(s). La Découverte, Paris, 2005, 119-135

(2003) – Entre service public, non-lucrativité et droit des affaires : incertitudes et chance du secteur social. In : Chantal Humbert (Coord.), Institutions et organisations de l’action sociale. Crises, changements, novations ? Savoir et Formation, L’Harmattan , Paris, 2003, 63-71.

(2002) – La téléphonie sociale entre bénévolat et salariat : réflexions sur un paradoxe après le colloque de novembre 2001. RFSA, 4, 2002, 63-71.

(2002) – De la famille à la parentalité : simple ajustement ou redéfinition normative ? In : Bernard Vossier (Dir.), La parentalité en questions, ESF, 2002, 55-67.

(2002) – Les parents usagers à la croisée des chemins. La lettre du Grape, 46, 9-8.

(2001) – L’école et le secteur médico-social : naissance d’un contentieux. In : les Enseignements adaptés dans le second degré. La Nouvelle revue de l’AIS, Adaptation et intégration scolaires, 14, 137-148.

(2000) – Usages et significations contradictoires de la  » relation de service  » dans le secteur social. In : Luc Rouban (Dir.), Le service public en devenir. Logiques politiques, L’Harmattan, Paris, 2000, 83- 106.

(2000) – Mobilisation familiale et intérêts familiaux. In : M. Chauvière et al, Les implicites de la politique familiale, Dunod , Paris, 2000, 75-86.

(2000) – Naissance et conséquences d’un nouveau préférentiel pour l’action publique. L’institution du handicap, le rôle des associations, Sociétés, Les PUR, 2000, 245-249.

(2000) – Critiques oubliées et réactions contrastées à la loi 1975. L’institution du handicap, le rôle des associations, Sociétés, Les Pur, 2000, 291-301.