cropped-cropped-CHAUVIERE1.jpg

Michel CHAUVIERE

Directeur de recherche au CNRS

michel.chauviere at cersa.cnrs.fr

- Docteur en sociologie

- Ancien chargé de mission à la MIRE (1982-1986)

- Cofondateur en 1982 et co-animateur du GRMF (groupement pour la recherche sur les mouvements familiaux)

- Créateur et gestionnaire de l’Annuaire de la recherche sur le social (1986-1997)

- Ancien directeur du CRIV (ministère de la Justice) (1988-1994)

- Membre du Conseil d’administration du CEDIAS-Musée social depuis 1990

- Enseignements réguliers, notamment au CNAM (DEA et formation de cadres), à Grenoble (DESS Politiques sociales), à Paris II(DESS Droit sanitaire et social)

Disciplines

- Discipline de base : sociologie.
- Disciplines complémentaires : histoire, sciences politiques, droit public

Principaux thèmes de recherche

Question sociale, politique familiale, régulation, institutions et professions, usagers

Derniers ouvrages et articles publiés

secteur social et médico-social et formes successives du partenariat public privé en France

- Michel Chauvière, Virginie Bussat

Famille et codification. Le périmètre du familial dans la production des normes, Paris, La Documentation française, 2000, 208 pages.

Depuis 2001, nous disposons en France d’un Code de l’action sociale et des familles. Il fait suite au Code de la famille et de l’aide sociale de 1956, lui-même, pour partie, issu d’un décret-loi dit Code de la famille et de la natalité françaises daté de 1939. Cette codification est peu connue et souvent mal interprétée. Le Code de 1956 notamment a souvent été perçu comme un texte de second ordre, alourdi par sa référence à la famille. Et il est vrai que bien d’autres codes (civil, pénal, du travail, des impôts, de la santé publique, de la sécurité sociale …) contiennent des dispositions relatives à la famille.

Cet ouvrage reconstitue les principales étapes du  » familial en code  » à la veille du code de 2001, du double point de vue des objectifs et des modalités. Il réintroduit les enjeux politiques et les stratégies des acteurs dans le processus de codification.

Dans un premier temps, en 1939, pour des raisons politiques conjoncturelles, le familial est explicité par rapport au social et institué à partir de sources normatives multiples, associant famille et natalité. Contrairement aux idées reçues, ce premier Code n’est pas réductible au natalisme.

Sous Vichy, le familial codifié devient topique et plus politique que jamais. Le Code ponctue le consensus familialiste. À la Libération, c’est tout l’espace politique du familial qui se transforme et le Code n’est plus au centre des enjeux normatifs.

Bien qu’un noyau familial soit préservé aux côtés de la législation de l’aide sociale, la codification administrative de 1956 entérine le déclin de la construction familiale des problèmes sociaux, en même temps que leur professionnalisation partielle (service social).

Finalement, contrairement aux attendus, le Code de 2001 n’aura pas éclipsé la famille de son titre, le législateur ayant choisi de la maintenir au moins dans le titre mais au pluriel. Sa préparation, qu’évoque cet ouvrage, montre que le périmètre du familial est au cœur d’une controverse non tranchée.

La codification, comme activité sociale normative, est loin d’avoir vis-à-vis de son objet la neutralité qu’on lui prête. Dans l’exemple choisi, elle occupe une place non négligeable dans la hiérarchie des normes d’action.

- Michel Chauvière

Le travail social dans l’action publique. Sociologie d’une qualification controversée, Paris, Dunod, 2004, 304 p.

PDF - 204.2 ko
Les apories de la solidarité familiale
PDF - 211.6 ko
Contrat chercheurs et acteurs : le GRMF
PDF - 140.3 ko
Publications depuis 2000
PDF - 209.9 ko
Les partenariats public-privé
PDF - 181.7 ko
Les professions du social
PDF - 251.8 ko
Cadres et Directeurs